Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2017

Yvonne, encore?

 Pendant ce temps, Yvonne mitonne un bon petit plat pour le diner. Il faut bien les nourrir ces gosses! Surtout moi, le plus jeune. Né prématurément, malade avant même sa sortie du ventre de sa mère, je souffre d'asthme et d'exéma. Les remèdes n'existent pas encore. Je m'étouffe, me gratte jusqu'au sang. Je ne mange pas grand chose. L'ainée, Annick est en pleine forme et dévore à pleine dents sa vie de grande fille. Pour le diner, on met les petits plats dans les grands. Aujourd'hui, au menu: Bouillon aux vermicelle et rognons de veau aux petits oignons.

 Mais avant, on écarquille les yeux devant un des premier feuilleton de l'ORTF. « Janique Aimée », l'histoire d'une jeune infirmière qui va bosser en solex et en noir et blanc. Le repas se passe en silence devant les actualités télévisées présentées par Pierre Sabbagh.

 La table débarrassée, une ballade jusqu'à la chapelle s'impose: L'occasion pour les plus grand(e)s de jouer à flirter et aux plus inexpérimenté(e)s de regarder comment on fait, pour plus tard.

Si la pluie s'invite à la veillée, pas de panique! Les jeux de société remplaceront la promenade: Cartes, 421, ou jeu de construction autour d'un petit cochon que l'on doit faire vivre en clipant des bras, des jambes, des oreilles, le plus drôle restant pour la fin: La queue en tire-bouchon. A la moindre erreur, par exemple une oreille à la place de la queue, un fou-rire secoue les participants de ce Frankenstein's show.

 Mais attention! Pas le droit de parier autre chose que des allumettes depuis qu'un oncle d'Yvonne (née Jacquet) joua sa fortune accumulée en vendant du pain de mie (Jacquet) et perdit tout au casino.

A force de rigolade, les yeux se font petits, la tête, lourde. Un dernier câlin et hop, au lit! Le sommeil ne tarde pas et le silence de la nuit a peine dérangé par les coup sourds du clocher, chaque heure, s'installe. Réparateur.

yvonne pretet, ray sur saone, christian benoist

 

 

 

 

12/12/2017

Yvonne, la suite de la suite de la suite...

Chaque été, les petits enfants débarquent pour profiter de l'air de la campagne, contre-poison indispensable à la puanteur toxique de la ville. Ici, l'amour qu'on leur porte, l'amitié des copains, les ballades en vélo, les chasses aux vers luisants, et la cueillette de la manne à la nuit tombée, les désintoxiquent. Ils s'ouvrent comme des fleurs au soleil du printemps. Enfin, quand il ne pleut pas.

 Cette région de l'est de la France n'offre que peu de belles journées. On en profite alors pour se baigner dans la rivière en aval du barrage de l'usine électrique et on fait la course entre les deux berges: La notre, et celle de la prairie de Charentenay ou paissent les vaches et ou éclosent les bouses du même nom. S'il pleut trop fort, on joue sous le porche, à l'intérieur ou dans les greniers assez vastes pour un jeu de raquette ou une bonne partie de palets qu'on lance dans la bouche des grenouilles. L'activité principale reste la bicyclette pour tous ou la descente effrénée de la cote du château sur une planche à roulette, genre de skate, pour les garçons.

 Puis, c'est la tartine de confiture de mirabelle ou de groseille sur la brioche et le carré de chocolat pour tous: Copains-copines goutent chez l'un, chez l'autre, en alternance. Certaines mamies remportent les suffrages pour leur gentillesse, la qualité et l'abondance de leur table, alors que d'autres brillent par leur avarice. La collation rapidement avalée, les mômes s'envolent comme des hirondelles. Ils rentreront lorsque la cloche de l'église sonnera les vêpres. Sans retard possible.

Alors ils « donnent » tout et reçoivent le bonheur. Les garçons se retrouvent loin de tout regard pour fumer une clope, des P4 pour les plus jeunes ou des Disques Bleus pour les presqu'ados.

 Ils racontent leurs exploits amoureux et enseignent aux petits comment embrasser une femme. Avec la langue, bien sur. Les filles s'apprennent à danser, se coiffent, copient leur chanteuse préférée et tous se retrouvent sur un banc pour écouter, transistor à l'épaule, « Salut les copains » et la voix chaude de Daniel Filippachi, tout en feuilletant le magazine du même nom.

Yvonne pretet, ray sur saone, christian benoist

 

 

11/12/2017

Ray sur Saone.

  Le tout petit village ou ils vivent maintenant est celui de la famille de Philippe, enfin d'Auguste. Une poignée d'habitants, la plupart cultivateurs vivent là, dans des maisons rustiques qu'ils ont bâti de leurs mains et agrandi au cours des siècles. Au flanc d'une colline surmontée d'un château dont la première pierre fut posée au dixième siècle. Le coeur de cette communauté bat là. En contre-bas, serpente la Saône déjà large. Les pécheurs, à pied ou embarqués, remplissent leur bourriche de brochets, de carpes et de goujons tout argentés. Parfois, ils les vident à même la berge ou au fond du bateau pour cause de surabondance.
  Au souper, les femmes cuisinent les prises du jour, tandis que les hommes tranchent la miche croustillante du boulanger du bas de la rue. Avec les bonnes patates du jardins, le Comté du voisin et la tarte aux pommes du verger, ils se régalent simplement en riant aux éclats. Au final, la goutte libère les paroles, requinque les sens et endort les enfants.
  Ici, toutes les familles détiennent un titre de « bouilleur de cru » et peuvent distiller leur propre alcool. La recette reste secrète et se transmet de génération en génération. On compare ces nectars, on les hume, on les laisse couler au fond de la gorge pour en saisir le parfum, la teneur en degrés, la force de l'ivresse. Des concours s'organisent, des prix honorent les meilleurs crus et les vainqueurs désignés « Gnôle de l'année ».
  La maison qu'ils habitent respire l'histoire. Coquète, un brin bourgeoise, elle vibre encore des rires des enfants de plusieurs générations, des réunions gouteuses des copains et voisins autour d'une fondue ou d'engueulades mémorables pour une parcelle de terre convoitée par plusieurs prétendants à plus d'herbe à vache.
  Au rez-de-chaussé, dans l'ancienne boucherie reconvertie en salon, trône une des seule télé du village. En noir et blanc, cela va de soi. S'y succèdent Les speakerines Catherine Langeais ou Jacqueline Cora qui s'excusent de « l'interruption momentanée de notre programme » et nous proposent un petit train rébus dans le meilleur des cas ou une pendule qui égrène des secondes qui peuvent durer des heures. En retrait de la cheminée, une maie, pétrin ancien, ne fabrique plus de pain depuis des lustres. Elle renferme sous son couvercle de multiple trésors: Pelote de laine, fil à coudre, aiguilles à tricoter et à coudre et tout un tas de choses très importante. Deux secrétaires d'époque « Badinguet », le troisième et peu glorieux Napoléon, cachent les archives de la famille et une vitrine fermée à double tours expose les objets les plus précieux. Quelques tableaux dont la valeur artistique indiscutable ne force pas l'admiration des visiteurs des veillées: Pff, ils ne savent pas admirer ces oeuvres impérissables ces incultes!
  Suite aux divers successions, cette pièce, autrefois centre du grand corps de ferme, se sent bien seule depuis le partage entre trois enfants. Chacun recevant le même nombre de chambres et quasiment la même surface habitable. Pareil pour les terres cultivables, les vergers et autres dépendances.   Dans ce décors, Yvonne, enfin Camille, oui, elle aussi préfère un pseudo, lit, médite et philosophe. Elle aime l'histoire, la grande comme la petite. Elle considère que les femmes mènent les puissants par le bout du nez et font et défont la politique tout autant que les lois. Elle se tient au courant des nouvelles tendances de la littérature en dévorant chaque mois les sélections du Reader Digest.

ray sur saone,christian benoist,toi si tu voulais

10/12/2017

Yvonne, la suite.

 Elle rencontre Auguste, rebaptisé Philippe par lui-même et par ses proches , de trois ans son ainé et bien vite, ils tombent en amour. A peine unis, la Grande Guerre les sépare. Il s'engage pour combattre « les boches » et se retrouve affecté au 32ième régiment d'artillerie. Confronté à la vie de tranchées, il côtoie la mort, la putréfaction, l'horreur majuscule. En mars 1918, il respire ce gaz Ypérite qui fait tant de ravages. En bon Franc-Comtois, il refuse(?) le replis vers les lignes arrières, vers l'hôpital ou il serait soigné. Cela lui aurait permis l'attribution de quelques médailles en plus de la Croix de Guerre, bien méritée celle-là et quelques vagues honneurs. Aux breloques, il préfère les copains, le combat et la victoire. Lorsqu'enfin les généraux décident que la tuerie doit cesser, le clairon sonne la fermeture de la boucherie. Cette année-la, le printemps commence en novembre. Pour autant, il continue son service militaire: Il doit encore trois ans à la Patrie. Cette période de carnage le dégoute en dépit des solides amitiés qui s'y nouent. Et quand, des années plus tard, il faudra remettre le couvert, il laissera la Résistance reprendre le flambeau et partira avec sa famille bien au sud, derrière la ligne de démarcation: Ils fuient Hirson, bombardée, et prennent la route de l'exode à Arcachon.

christian benoist,philippe pretet,ray sur saone

 

 

 

09/12/2017

Yvonne.

 Elle marche pendant des kilomètres d'un pas alerte et saccadé, le regard lointain. Sur la route de Vellexon ou de Ferrière, elle déambule, elle parle au vent, elle rumine. Les rares paysans qui la croisent lui sourient et saluent avec respect cette vieille dame à la chevelure bleutée, digne et originale: Elle trimbale sa grande carcasse, les bras croisés en dissertant sur ce bas monde. Elle passe par le cimetière pour prendre des nouvelles de ses morts et de ceux du village.

Rentrée à la maison, elle arpente en large et en long, encore et toujours le salon, la salle à manger, la cuisine en dessinant sur les murs de minuscules croix invisibles. Son index ne faiblit jamais. Partout, elle marque son territoire d'une empreinte dont elle seule connait la signification. Peut-être un signe pour éloigner les démons.

christian benoist,ray sur saone

 Enfin rassasiée, elle s'assoit au coin du feu et dispose des cartes pour une tenter une réussite, ou les tire, pour interroger le destin. Le sien, celui de ses proches et prédit avec exactitude les transformations de la société. Elle en a connu des bouleversements! Née avec le vingtième siècle, plus rien ne l'étonne: l'électricité, l'avion, la radio, la télé, la bombinette... Elle traverse le temps avec étonnement et fatalisme. Elle sait tout depuis ce jour?

Ce jour ou, atteinte d'une tuberculose fulgurante et tenue pour morte, elle revient miraculeusement à la vie, un poumon en moins, certes, mais avec des visions que seuls les saints perçoivent. Elle en rie aux éclats ou laisse couler une larme de tristesse, selon les cas. Toujours avec élégance.

Et là, elle en connait un rayon! Surtout celui dont elle s'occupait au « Bonheurs des Dames » ou aux « Galeries Lafayette », magasins parisiens dédiés à la mode dans la mouvance de la « belle époque ». Du matin jusqu'au soir, elle débite des coupons de tissus précieux et même si la direction ne tolère d'autre position que celle du garde à vous devant son poste, rien ne peut entamer sa bonne humeur. Les plus grincheuses des clientes enchapotées ne peuvent résister à son charme, son sourire et ses yeux bleus presque transparents... A suivre.

 

24/11/2017

CE SOIR SUR ARTE.

Figuration à Sète, pour le (très bon) film d'Alice Duard, "Robin", avec 2 jeunes talents en devenir. Vous m'apercevrez dans la "manif contre l'amiante".

Robin, christian benoist

Robin,christian benoist

Robin,christian benoist

21/11/2017

UN 18 NOVEMBRE UTILE ET AGREABLE. (Le Bateau de Rico)

Présentation des acteurs du "BATEAU DE RICO". Spectacle du 18 novembre 2017 place Paul Bec à Montpellier. Un moment exceptionnel!

CLIQUEZ SUR CE LIEN:   https://www.facebook.com/christian.benoist.90

 

le bateau de rico, café solidaire, christian benoist

19/11/2017

"Le Bateau de Rico"interpreté par ceux qui viennent de loin.

FR3 fait son boulot. Merci. Faut attendre 4.30mn..

LE BATEAU DE RICO

Merci aux nombreux jeunes spectateurs... Et aux moins jeunes!

le bateau de rico, café solidaire, christian benoist

18/11/2017

BIENVENUE A BORD. Embarquement samedi à 15h30.

spectacle pour enfants,marionnettes

LE BATEAU DE RICO, L'HISTOIRE.

Toute la journée, Rico se promène sur la plage.Il ramasse des coquillages, court après les mouettes et regarde les nuages qui passent dans le ciel.

Un matin une étoile bleue apparaît et lui dit un secret: « Un trésor merveilleux se cache dans un coffre,là bas,tout au bout de la mer... »

A bord d'un bateau magique et aidé par Tinéa et Malik,ses amis de voyage,Rico trouvera-t-il ce « coffre aux mille merveilles »? Un dragon niché tout au fond de la mer et un volcan en colère parviendront-ils à l'en empêcher?

Ce spectacle sera repris dès novembre 2017.

spectacle pour enfants,marionnettes

 

09/11/2017

La der des der.

Quand ma mamie rencontre Auguste, mon grand-père, rebaptisé Philippe par lui-même et par ses proches , de trois ans son ainé, bien vite, ils tombent en amour. A peine unis, la Grande Guerre les sépare. Il s'engage pour combattre « les boches » et se retrouve affecté au 32ième régiment d'artillerie. Confronté à la vie de tranchées, il côtoie la mort, la putréfaction, l'horreur majuscule. En mars 1918, il respire ce gaz Ypérite qui fait tant de ravages. En bon Franc-Comtois, il refuse le replis vers les lignes arrières, vers l'hôpital ou il serait soigné. Cela lui aurait permis l'attribution de quelques médailles en plus de la Croix de Guerre, bien méritée celle-là et quelques vagues honneurs. Aux breloques, il préfère les copains, le combat et la victoire. Lorsqu'enfin les généraux décident que la tuerie doit cesser, le clairon sonne la fermeture de la boucherie. Cette année-la, le printemps commence en novembre. Pour autant, il continue son service militaire: Il doit encore trois ans à la Patrie. Cette période de carnage le dégoute en dépit des solides amitiés qui s'y nouent. Et quand, des années plus tard, il faudra remettre le couvert, ce sera bien au sud, derrière la ligne de démarcation.

verdun,14-18,grande guerre

17:44 Écrit par lutinbleu dans christian benoist | Tags : verdun, 14-18, grande guerre, 11novembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08/11/2017

Plutôt « Toussaint » ou plutôt « Jour des Morts »?

Plutôt teuf ou plutôt grisaille? On offre des chrysantèmes là ou il faudrait un bouquet de roses et vice-versa. L'important c'est de croire comme les lutins savent le faire, à une sorte de vie éternelle dans le souvenir. Facile à dire. A La Grande Motte, les morts sont un brin mégalo.

toussaint,la grande motte,christian benoist

Des sépultures en forme de pyramides s'érigent et le cimetière prend des allures de Vallée du Nil. A force de vivre dedans... Pour ma part, je souhaite que mes cendres soient dispersées – une pincée sur la tombe de Jim Morisson, une autre au centre de l'Antarctique, encore une autre sur l'himalaya et la dernière cuillère sur Mars. Et que la facture soit honorée par le nouveau prèz étatzunien. Merci d'avance.

11/10/2017

DANIEL DODET, L'ARTISTE PEINTRE EST PARTI.

Il était tout à la fois, force, générosité et talent. L'Amour qu'il avait de la Vie était immense. Ses petits enfants, adulés-choyés grandissaient en sagesse en riant dans son ombre; Ils respiraient la joie à plein poumons. En bon vivant, Dan savait apprécier tout aussi bien une tartine de confiture qu'un grand cru ou qu'un grand verre de lait; Ancien lyonnais, rien de la gastronomie ne lui échappait. Ses nombreux amis pouvaient compter sur lui en toutes circonstances et vice-versa. Aujourd'hui il est surtout connu pour ses peintures chaudes et lumineuses, inspiré par sa muse et compagne qui faisait la ballade à ses cotés, à travers le temps. Comme une gentille fée elle l'assistait en toute circonstances, même dans les coups les plus audacieux comme par exemple : « Boxart » ou 1500 ballons ont été offerts aux enfants de Lodève avec le « coup de gant » de J.C. Bouttier, champion de boxe et complice de toujours et de Pierre Guiraud, l'inénarrable communiquant au coeur-grand par nature et coluchiste par conviction. Avec une immense disponibilité, le Peintre Dodet a réalisé le décor de mon spectacle. Les couleurs, la lumière, l'humour... Il a tout prévu pour que le « Bateau de Rico » navigue sous les vents portants du succès. DANIEL DODET jouait dans la cour des grands, des très grands.

le bateau de rico,christian benoist,daniel dodet

17:39 Écrit par lutinbleu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

07/10/2017

En tournage à Sète.

Pour le film de Frederic Carpentier: "Une jeunesse sauvage" produit par Madeleine Film. En compagnie de jeunes acteurs chaud du talent, sur la vie d'ma mère...

Frederic carpentier, une jeunesse sauvage, christian benoist

27/08/2017

Oh, combien de marins combien de capitaines.

Qui sont revenus des iles, de rhum les soutes pleines,
Et qui, ayant bu une bonne partie de la cargaison,
N’ont pas vu le phare de Biarritz pourtant en pleine érection.

Ils se sont srcatchés, vautrés, explosés.
medium_cote-basque.gif

sur la cote basque et ses rochers.Faut dire qu’une tempête sous ce ciel tourmenté, ça fait peur et démontre que la nature peut être magnifique et d’une lugubre cruauté.
En déplacement dans le sud-ouest, j'ai osé, en amateur de sensations fortes, admirer ce spectacle fascinant.

christtian benoist,biarritz,tempete,cote basque,lutinbleu

26/08/2017

Les estivales: On ferme!

Une toute dernière fois et comme chaque vendredi de l'été, les viticulteurs du coin ont fait gouter leurs productions sur l'esplanade de Montpellier. L'occasion pour les amateurs de tester de bons crus et de s'ennivrer "sud de France". (Avec modération ?). A l'année prochaine...

estivales, montpellier, christian benoist

 

25/08/2017

Au pays de la banane.

 S'il n'y avait pas cette course effrénée aux médias, ce serait presque un bout de paradis. Encore un samedi matin à courir pour obtenir un RDV avec « France Antilles » ou « RFO ». Les journalistes nous boudent et n'honorent pas leurs engagements. Ça complique la vie. Le repos dominical arrive à point. Allongé sous un cocotier, on oublie tout, même les protections solaires les plus élémentaires. Le résultat est quasi immédiat: maquillage vermillon dans le dos et sur les bras...

Pourtant, le réveil sonne à 4h30 en ce lundi 22 janvier et malgré les cuisants souvenirs du dimanche, il faut éviter les embouteillages monstres qui bloquent l'entrée de Fort de France.

Rien ne peut nous empêcher de rencontrer les petits de l'école Ravine Bouillé à 8h30 et 9h30. Un sandwich acheté dans une station service et à 14h30, avenue des Arawaks, on se fait une centaine de copains agés de 3 à 6 ans.

Le lendemain, même topo mais les maitresses sont malades ou mal informées car seuls une quarantaine de primaires viennent partager le spectacle.

Premier dérapage de cette tournée . L'après midi, on va au Lamentin, aux Roches Carrées. Madame Raymond, la directrice, m'accueille avec chaleur. Il est vrai qu'en milieu de journée...Le mercredi n'est pas forcément jour de repos pour les enfants, les enseignants et le personnel de « La Vollière »: cette école privée travaille mais en revanche sera fermée samedi. C'est un choix tout à fait possible.

Pour la 4ième fois de la semaine, il faut se lever avant les autres pour arriver à l'heure à Fort de France, c'est crevant! La cité Briand reçoit le spectacle. Deux représentations sont prévues mais une seule sera assurée: 150 spectateurs vraiment sous le charme...Avant de jouer à Bellefontaine alors que le soleil est au zénith, il faut « livrer » des bouquins accompagnant le spectacle à Fond Lahayes et au Lamentin.Au dernier jour de la semaine, c'est un peu plus pire. On va au nord ouest de l'ile, à Case Pilote et à Mouthe puis avant de revenir sur Saint Luce ou lutinbleu a élu domicile, on réapprovisionne « les Libellules », « Ravine Bouillé » et « la Volière » en bouquins et CD. Fin d'un épisode épuisant.

martinique, sainte luce, spectacle pour enfants

23/08/2017

Le 4h de Cilaos

Cilaos vient d'un mot malgache, Tsilaosa, qui signifie "l'endroit que l'on ne quitte pas". Ce cirque a été le jeu de l'érosion qui y a creusé de profonds encaissements. Les Noirs marrons en fuite occupèrent le cirque de Cilaos les premiers. Ils en furent délogés vers 1750 par François Mussard et sa bande. Lorsque l'on entreprit la colonisation du cirque, les petits Blancs des Hauts vinrent y établir des plantations. Quelques vignes, la culture des lentilles, le tourisme et aussi la broderie sont les seuls moyens de subsistance du village.

 
medium_IMG_1921.jpg

Cernée par les plus hauts sommets de la Réunion, comme le Grand Bénare (2896 m), le piton des Neiges (3069 m), la ville de Cilaos n'a cependant rien d'oppressant.

medium_couleurs-cilaos-1.gif

A l’heure du goûter, les couleurs sont si changeante que sous les sunlights des projos du soleil, c’est la nature qui devient star dans ce film en colorama sur un écran géantissime.

réunion,cilaos,christian benoist,lutinbleu

réunion,cilaos,christian benoist,lutinbleu

A bientot.

16:34 Écrit par lutinbleu dans la Réunion. | Tags : réunion, cilaos, christian benoist, lutinbleu | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

22/08/2017

Tel père, tel fils.

 

Il se ressemblent comme des frères mais ils ne le sont pas. L'un et l'autre vont à l'école mais le petit pour apprendre et le grand pour attendre le petit qui sort à l'heure du gouter. Didier le papa , précise avec fierté que si le fiston s'appelle Eddy c'est parce que c'est « un prénom américain ». On ne peut s'empêcher de penser à la télé et à ses conséquences. La scène se passe à Cilaos, un petit bourg du centre de la Réunion, rue du Père Boiteau. Quand il sera un homme, comment Eddy nommera son enfant? Faut sans doute consulter les programmes de dans 20 ans...

DSC00542.JPG

tel pere tel fils,cilaos,lutinbleu

A bientot.

20/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.2

« Tchico » est un petit garçon qui veut devenir grand. Des milliers d’enfants martiniquais se sont identifiés à cette marionnette pendant les 5 semaines que dura la tournée. Une histoire qui les a touché d’autant plus que le héros est un indien et donc, cette quête initiatique aurait pu être la leur.

tchico, martinique, les 3 chardons, christian benoist


« France-Antilles » contribua au succès de ce spectacle en annonçant la plupart des 50 représentations programmées.

16:58 Écrit par lutinbleu dans presse | Tags : martinique, tchico, les 3 charrdons, christian benoist | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

18/08/2017

Moi, montpeliérrain, barcelonais, catalan, je saigne.

MAIS JE VIS.

On n'en voit plus des comme ça, des endroits libres, brut de brut, champions de la déconne et de la bondieuserie nostalgique franquisante, porte ouverte à tous et port d'attache des pionniers de la mer.

9ef72b013b13c8677b042eaf473e8e9e.jpg

Barcelone est un navire gigantesque qui tangue et qui navigue aux vents très favorables. Nom d'une fée ibérique! Que ça fait plaiz de revenir sur un territoire si ami. Vaut mieux attaquer la ville par la face nord, par la « ronda del littoral », on arrive direct aux « Ramblas ». Après, c'est « nez au vent, yeux grands ouverts, oreilles à pavillons variables ».

af8d30b49b8aec151ffda2a4a0c23685.jpg

En descendant vers la mer, à tribord, c'est l'ancien « Barrio Chino », aujourd'hui sans beaucoup d'intérêt puisque les énormes rats et les prostituées (sans rapports) ont été chassés par des promoteurs sans préjugés.

b4637535d362b65944d65cb4081cc335.jpg

A babord, c'est gothique. Mais le dimanche, c'est encore plus rigolo. Difficile de faire plus baroque que la cathédrale, lieu de brouhahrecueillement? Ben, si. Sur le parvis, c'est totale éclate avec le « Sardanne contest ». On se la pète en dansant sur un vrai orchestre 1000 pour 100 catalan. Quelle classe, quelle fête! D'autres fabriquent du bonheur autrement avec un simple « hang drum ». Ça marche à fond.

13751e49393e923b458735f2daea54ad.jpg
bb83bee7ea81e17dcf20063205969c7c.jpg
86cb7ffa7d31bda4fd574236e33321e4.jpg
466e9bdb56af2012c316bbb0ed73bf9d.jpg

Barça-Collomb, aujourd'hui, tu pleure. Tu regarde vers l'Amérique, les yeux mouillés mais l'espoir chevillé au corps.

barcelone,catalogne,ramblas

 

 

16/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Entre fous-rires pour les coquilles et admiration pour les correspondants locaux du seul quotidien martiniquais, le Lutin reconnaissant a été touché par leur dévouement et l’accueil chaleureux du jeune public.

martinique, tchico, les 3 chardons,christian benoist


Les journalistes, pas tous tendres envers le groupe « Hersant » propriétaire du journal « France-Antilles », ont su relayé l’info jusqu’au bout malgré leurs conditions de travail difficiles.
Comme à chaque fois, les longues heures d’attente dans les couloirs de R.F.O pour une couverture radio-télé ont été récompensées in-extremis.

Un clin d'oeil à mes potes René D, Eric C, Francis et Christine. Bisous.

14/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Une deuxième expérience dans l’ile de La Réunion a permis d’approfondir mes connaissances. Les nombreuses visites dans les rédactions des médias se sont révélées fructueuses et on s’est senti réunionnais, enfin… « zoreille »…ce qui est quand même plus valorisant que « petitblanc », un brin péjoratif, habitant les « Hauts » et dont on dit que la consanguinité fait des ravages. Même pas vrai. Partout, le public a fait un triomphe au spectacle. Et encore une fois, les journalistes ont vraiment assuré.

La Réunion, les 3 chardons, christian benoist

10/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Quand on arrive sur l’ile de la Réunion, on est surpris …par les embouteillages monstres. La route numéro 1, axe incontournable, est constamment saturée. Les distances même courtes peuvent devenir un long chemin de croix (il faut compter 2 h pour se rendre de Saint Denis à Saint Leu -40km). Autrement dit, il faut prendre ses précautions. Meme s'il est vrai que depuis la mise en service de " la route des Tamarins", la situation s'est fluidifiée
Lors d’une première visite dans cet endroit paradisiaque, une grève des coupeurs de canne a totalement paralysé cet axe principal. La seule solution : la route des « hauts » à flanc de volcan. Frayeur garantie. La récompense est à la hauteur de l’exploit : Des « marmailles », les yeux écarquillés, se laissent emporter par l’histoire de « Monsieur le Vent », vécue chaque jour avec les alizées.

medium_monsieur-le-vent-reunion.gif


Et pendant les arrêts forcés derrière les « cachalots »-les camions transporteurs de cannes, on pense, en admirant la nature, que la planète bleue (et verte) c’est un paradis qu’il ne faut surtout pas perdre…

16:03 Écrit par lutinbleu dans presse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

07/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Quelle est belle cette « ile de la Réunion » ! Les couleurs douces des arcs-en-ciel se reflètent dans l’océan omniprésent. Arc-en-ciel dans les ethnies et dans les religions, dans la végétation luxuriante d’un volcan en permanente activité. A chaque détour d’un chemin noir de lave refroidie, une bouffée de petit bonheur tout simple t’enveloppe comme une étoffe de soie sur les épaules. Un endroit surprenant. Tout y est paisible et tout y est remarquable. « Calme et volupté ». La tolérance n’exclut nullement les mouvements d’humeur, le réunionnais est malgré tout un homme, et qui plus est, insulaire. Mais il aime son ile et la respecte.
C’est peut-être l’extermination du « dodo », espèce de gros dindon, par ses ancêtres qui l’a fait réfléchir bien avant que le regretté Jean-Marie Pelt ou Nicolas Hulot ne hurlent à la mort de la vie.

Un enfant de l’école maternelle « la plus belle du monde » selon lui m’a dit à l’oreille : « tu sais, la différence entre l’eau du robinet et l’eau de l’océan c’est que l’eau qu’on boit est blanche et l’eau, vue d’ici, est bleue (son école est sur « les Hauts »).
Hé oui, petit bonhomme, ça dépend comment on considère les choses. Alors n’oublie pas. Quand tu seras grand, regarde autour de toi et fait gaffe à ce qui te parait tout noir ou tout blanc. Une couleur subtile peut se cacher.

medium_img102.gif


Lors de mon dernier séjour dans ce petit bout de monde, un article dans un quotidien mit in extremis un point final aux aventures du lutinbleu dans les iles.

Pendant les 6 semaines de mon « trip » dans l’océan indien, je m’étais promis de faire du surf et de fêter mon 50ième aniv sur une planche. Bilan… 5 semaines et demie sous l’animal fougueux et 2 heures de la même joie victorieuse que celle de l’enfant qui fait ses premiers pas. Cyril, mon prof, un sourire jusqu’aux oreilles me baptisa alors « Chris le surfeur ».

15:38 Écrit par lutinbleu dans presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

06/08/2017

Si Sète aussi...

Les bateaux de croisières accostent à Sète.

DSC01962.JPG

C'est la preuve que les beaux jours du commerce local reviennent et que les vacanciers"à l'aise"trouvent ici leurs petits bonheurs. C'est une bonne nouvelle pour le tourisme et pour ces croisièristes qui flanent à travers cette ville à canaux jusqu'au cimetière marin, entre autre, sur les traces de Paul Valéry et de l'ami Georges Brassens. Ensuite, ils dégusteront des fruits de mer et achèteront un p'tit souvenir pour l'oncle Louis, si féru d'la joute. Apès une booonne glace, il remonteront à bord pour larguer les amarres et naviguer dans le grand bleu jusqu'à la prochaine escale. Un vrai bateau magique, fin comme un oiseau hisse et haut, immatriculé à Nassau.

05/08/2017

Suer n'est pas jouter

On se régale à regarder ces gaillards tomber de leur destrier à rame. Lorsque l’été revient, les touristes se marrent devant ces drôles de sportif-jouteurs qui sortent leur lance et leur pavois pour s’affronter sur les canaux de notre région.

christian benoist,lutinbleu,joutes,languedoc roussillon,OCCITANIE


Pourtant, c’est une vraie compétition avec de vrais enjeux entre de vrais athlètes. Les entrainements sont rudes, et l’affrontement, disons « virile ».
Tout comme pour la tauromachie, la musique rythme le jeu et encourage les beaux gestes.
Les connaisseurs se retrouvent, pour vibrer aux exploits de leurs hérauts.
Les querelles de clochers s’apaisent le temps d’une saison, et même si le vainqueur récolte justement les lauriers de la gloire, le vaincu sera récompensé par un plongeon rafraichissant dans une eau moins glacée que celle qu’il verseront dans l’apéro anisé qu’il basculeront ensemble une bonne partie de la soirée.
Prenez date et retrouvez ces chevaliers languedociens et leurs grandes baguettes magiques. Ca vaut le jus.

04/08/2017

When Rico met Rico.

L'un est maire de Pérols, l'autre est issu de mon imagination.

Juste pour rire...

perols,rico,le bateau de rico,christian benoist,perols

Les 2 sont encore là.

31/07/2017

Quelle honte!

 

On les savait cruels, odieux, vulgaires, mais là, c'est l'apothéose! Non contents d'abandonner leur animal de compagnie ou leur mémé sur l'autoroute des vacances, ils jettent leur vieux transport en commun (bus ou tram) avant d'arriver à « leur plage » pour nourrir leur mélanome. Dégueulasse! Bon, ça se passe du coté de «  Palavas », mais ça n'excuse pas entièrement l'ignominie.

palavas,christian benoist,tram,bus

 

30/07/2017

Cap Ferret. Père et fils.

L'un était l'idole des toujours jeunes, l'autre des petits, des moyens et des grands. L'histoire se répète. Et ce n'est pas fini pour le moins vieux. (Christian Borel et Chistian Benoist)

christian borel, christian benoist, cap ferret

25/07/2017

Saint Louis de la Réunion.

Tout le monde, ici, connait l’usine sucrière du Gol. Elle produit à partir de la cane, le meilleur du meilleur sucre. Un délice pour les gourmands, un enfer pour les automobilistes coincés derrière les « cachalots », énormes camions débordant de canes fraichement coupées encore si vivantes qu’elles choisissent la liberté de tomber sur ton pare-brise au gré d’un virage.

medium_musulmans.2.gif

Ce qui étonne le plus dans la rue principale de cette ville de passage, c’est la succession de magasins de mode et de bimbeloteries qui auraient fait le bonheur de ma grand-mère Yvonne. Ici, la communauté musulmane semble majoritaire et vit en parfaite harmonie avec les catholiques et les tamouls.

medium_minaret.gif

L’imposant minaret n’a rien à envier à celui de Marrakech ou de Bagdad. On doit se tordre le cou pour apercevoir le sommet de ce « phare » qui éclaire l’âme de tous les fidèles. C’est ça aussi le miracle de la Réunion : La coexistence des croyances et le respect de tous. La paix ?

medium_mosquée_eglise.gif

minaret,réunion,saint louis,christian benoist,lutinbleu

A bientot...