Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2007

Le matin du jour où tout a basculé.

Qui n’a pas rêvé de voler comme les oiseaux ? De voir les « Pailles en Queue » de près, de sentir le vent caresser son visage, de découvrir le lagon par transparence ?
Ce matin pas ordinaire est le seul créneau pour se jeter dans les airs : Depuis 10 jours, les activités de l’école « Bourbon parapente » sont suspendues pour cause de vent du sud, trop violent. Chance aux « Colimaçons », à 800m et à 8h, comme l’a prévu Eric, le spécialiste de la météo, les voiles sont déployées pour accrocher les vents thermiques. On peut s’élancer dans le bleu du ciel réunionnais.

medium_PARApente.gif
L’appréhension sert le cœur de ceux, qui pour la première fois vont s’envoler de la piste de décollage pour une ballade d’une demi-heure au dessus des ravines et des cocotiers. Après les explications techniques du prof et quelques répétitions TRES bienvenues, c’est la course vers l’inconnue. L’adrénaline coule en haut débit dans le corps, et puis c’est parti !
medium_pieds.gif
Armand est aux commandes et commente la moindre manœuvre. Y a plus qu’à se faire plaisir. L’expression est faible. Ce n’est pas le pied, c’est les deux ! En dessous, les paysages coulent comme irréels. Pourtant, le lagon est là, juste en dessous avec la barrière de corail, les tortues, les surfeurs…
medium_lagon.gif
Mais pourquoi donc les petits hommes, là en bas se déplacent dans des machines qui puent et qui n’avancent même pas, alors que nous, on va ou on veut avec notre aile géante. Après l’atterrissage, outre la volonté de recommencer dès que possible, c’est un sentiment de plénitude qui m’envahit. Cette matinée restera dans mon cœur et dans ma tête jusqu’au grand vol final.

11:05 Écrit par lutinbleu dans la Réunion. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : parapente, bourbonparapente, réunion, saint leu | | |  Facebook

Commentaires

mon cher Christian j'espère que ton grand vol final se fera le plus tard possible afin que tu puisses longtemps nous régaler avec ta prose "icarienne"

Écrit par : ulysse | 30/06/2007

Les commentaires sont fermés.