Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/04/2008

La flamme et la flemme des olympiques.

Les premiers nous ont éblouis. Ils étaient sur des charbons ardents, virevoltant, étincelants. Les autres semblaient mous comme de la guimauve, sans énergie, amorphes, dominés de la tête et des pieds. Les 2 « Olympiques du foot» s'affrontaient au vélodrome de la planète Marseille déguisée pour l'évènement en volcan en grande activité. Ça pétaradait, ça bouillonnait, ça explosait de passion dans les tribunes. Il y avait de quoi: Une affiche comme cela, on ne la rate pas. De quoi se réconcilier avec la ligue 1. Ces derniers temps, les vrais centres d'intérêt des sportifs d'intérieurs, se portaient sur le top 14, le tournoi des 6 nations voire sur les piscines. Mais là, il y avait urgence. Au feu! Aux fous de beaux spectacles! Le nord était à tout jamais perdu, le temps écrabouillé, les anges hurleurs se déchainaient dans les virages, les anges dribbleurs se faisaient plaiz sur le terrain: Passes précises, tirs-canons, chance... Et puis La légende de l'OM... Grégory Coupet, Junhino et Toulalan se sont battus courageusement, mais bon. La flamme olympique était marseillaise, celle d'en face, éteinte . En même temps, les mêmes magiciens du ballon peuvent être chaussés de crampons en plomb alourdi. Ils sont comme ça les minots...Un coup on allume, un coup on éteint. Comme les officiels chinois avec la torche des JO en tournée à Paris.

53b4125fbf7eddc7f622f31664a9c9db.jpg

PS. Comme je lutine à Lyon en ce moment, j'ai juste retiré le calicot collé sur la lutinmobile par pudeur. même pas peur. Du tout. Quant à Arsenal vs Liverpool... le suspens est magnifiquement au top du top. Humm..

Les commentaires sont fermés.