widget compteur de visites gratuit
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/04/2013

El poulpo. (Archive, hélas)

C'est un lutino invertebré qui rentre à la maison après 6 jours de tournée à travers l'Espagne. 9 représentations de « Paillasse, l'épouvantail » et 3000 km en ford connect plus tard, le canape n'a jamais été aussi apprécié. On revient dans sa grotte avec des images fortes plein les rétines. A chaque moment des visages, des paysages, des situations amusantes ou flippantes. A chaque spectacle, la même écoute des petits (qui ne comprennent pas toujours les subtilités de la langue de notre collègue et toujours neuf, Molière) et des grands qui se régalent, ce qui n'est pas si fréquent ici, d'un texte français.

8020a69a8f92944264050bb0a588df7b.jpg

Et puis,ça fait franchement plaisir de s'éloigner du territoire national, de ne plus entendre parler du couple présidentiel qui n'intéresse personne outre Pyrénées, ni de subir les pressions diverses et variées que la vie nous impose. Bref une reconstruction du cerveau pas inutile.

4565e3effd3d9f24d7fecee0e473225a.jpg

L'Espagne a bougé. Les infrastructures, comme par exemple la M40, super périf de Madrid, se sont développées à vitesse grand V. Pour l'étranger, ce n'est pas toujours commode. Outre la langue, la façon de vivre, de se déplacer, de penser, apparaissent comme autant de subtilités parfois difficiles à comprendre. Ne demander jamais votre chemin sous peine de provoquer une émeute (tout le monde a son propre sens de l'orientation). Jusqu'aux motards de la guardia civile, tous sortis de la série « chips », sourire éclatant, mais toujours prompte a indiquer un chemin fantaisiste. Un de ces super héros de la vie ordinaire a indiqué à un lutin-paumé la route de Burgos pour aller à Valladolid: 120 kilométros de détour...

a5f74cb49d77714b26fb361820752dc9.jpg

En traversant le pays, quelques contradictions sautent aux yeux et aux narines. D'une part, les champs immenses d'éoliennes côtoient les usines de transformations diverses des plus polluantes.
En revenant vers son port d'attache, une halte s'impose dans une petite ville pas si loin de Zaragosse: Calatayud.

2628621c55cd3c66b7ae353ff167cc73.jpg

Là, sur le passéo, à la « tarde », lutino-cansado s'extasie sur les arabesques des arbres qui se mêlent, s'entremêlent en dessinant dans un ciel presque obscur des formes surprenantes. On peut tout imaginer, mais ne serait-ce pas là le coeur de cette Espagne qu'on aime?

Les commentaires sont fermés.