Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/07/2016

Pauvre petite ville riche.

Pour le tout petit lutin rêveur, c'était le top du top. Un endroit magique. Une île paradisiaque d'où jaillissaient des fontaines de joies de vivre, des cascades de bonne humeur, de déconades, de fêtes et de musique. Le chant monocordo-lancinant des cigales y rythmait la journée entre siestes interminables entrecoupées d'apéros anisés, d'olives et de tchatches passionnées autour d'un cochonnet plus convoité qu'une petite culotte de Lady Gaga. L'odeur enivrante de l'ambre solaire s'évaporait d'un sable trop chaud. Les peaux cuivrées des filles blondes dans l'écume des vagues attiraient l'œil des producteurs sortant du casino les poches dégoulinantes de jetons. Le soir, c'était restau de poissons frétillants de fraicheur, café en terrasse avec les amis en riant aux éclats et soirée déjantée à danser comme des oufs sur des salsas bouillantes ou des rocks endiablés. Le champagne brillait dans les yeux de ceux-celles qui se frôlaient avant qu'ils ne s'enlacent sur la plage. Le mouvement lent et régulier du va et vient de la mer sur la plage humide, finissait par les réunir pour un moment d'éternité. Un rayon de ce coquin de soleil sifflotait la fin de la nuit et Morphée prenait dans ses bras les amants éternels. Ça, c'était dans les rêves bleus comme les flots et le camping qui va avec, d'un lutinet pré-ado idéaliste, romantique et déjà boutonneux. Son imagination surfait sur ce petit port de Méditerranée comme Kelly Slater sur les rouleaux géants d'Hawaï. Dès que la vie a permis de mettre le cap sur un petit port d'attache, c'est à Montpellier, ville d'histoire, de culture et de tolérance et surtout pas loin du bijou supposé, « Palavas les flots », qu'il fut le plus simple d'accoster. Pas déçu, le petit comédien-parisien-tête de chien, bouffeur de vie. Les yeux écarquillés, le nez au vent, la tête dans les étoiles, il naviguait d'un pas léger, cœur ouvert à tous, chevauchant son vieux vélo ou transpirant dans le bus 17 le menant vers un rivage salvateur.

f0fac0aa68c08c866e73f08ff9f45c50.jpg

Et puis « boum, crack, badaboum! », au fil des ans, le mythe s'est écroulé, et avec lui, la fascination pour laisser place à la déception. Infectées par des crises à répétitions, les saisons fondent comme neige au Kilimangaro. La faute à la misère organisée par les puissants bavant de suffisances, et des marchands avides de plus d'or et de reconnaissances qu'ils n'obtiendront jamais, compatibilité oblige. Un exemple de leur médiocrité? Une statue moche à un carrefour à la con et un banc inutilisable.

palavas,lutinbleu,christian benoist

Les bêtises sont multiples et variées:  Tarifs pratiqués et accueil réservé à ceux qui les font, plus pour longtemps, vivre. Palavas les flops.

Commentaires

Bien vu. Et nos édiles se croient exemplaires.
J'apprécie toujours la prose du lutin et son regard sur tout son environnement.

Écrit par : JCG | 26/07/2008

arf j'ai fait il y a deux jours une note sur palavas la moche je vous pique la photo

Écrit par : therebentine | 05/08/2008

Bravo pour ta verve vengeresse !

Écrit par : Ulysse | 19/08/2014

Les commentaires sont fermés.