widget compteur de visites gratuit
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/08/2014

Vague à l'envers, vague à l'endroit.

 

On en connaît des vagues quand on a, comme votre lutin-voyageur, navigué sur la plupart des mers et océans de notre planète. Des douces, des vertes, des transparentes... Autant de caresses chaudes sous les tropiques ou sous un équateur torride. Autant de frissons vivifiants au bord de la banquise, autant de fraîcheurs légères en Méditerranée. On les aime quand on joue dedans ou qu'on les surfe. Mais, on en connaît aussi des cruelles qui font perdre l'équilibre et qui rendent livide quand on s'accroche au bastingage et qu'on nourrit les poissons... On en connaît des pires, des tueuses, des traîtresses, qui arrachent des vies. Le raz de marée au large du Yucatan dans les années 80 restera gravée dans la mémoire d'un lutin attaché à sa bannette pour ne pas tomber au champs d'une méchante sirène.

mermoz.jpg

Le vieux « Mermoz », un des fleurons de la flotte des croisières Paquet y avait laissé une ancre mais avait bien résisté. On était quitte pour LA grosse peur de sa vie et 3 jours de réparation à Fort Lauderdale. Il y a 3 ans, d'autres vagues meurtrières venues des Kerguelen attendaient un lutin-comédien impatient de commencer sa tournée réunionnaise. Tu comprendras, ami blogueur pourquoi il faut aimer mais respecter les vagues sous peine de connaître, tout comme « Body », the big one, la dernière. Il existe parfois des vagues rigolotes, qui ne font rien comme les autres, atypiques ou déboussolées.

IMG_0586.JPG

Ainsi, le mascaret est une vague « à sens contraire ». Phénomène rare qui n'existe que pendant les grandes marées: Le courant naturel d'un fleuve est « remonté » par la mer, créant une vague qui peut atteindre 1 mètre. Dans notre pays, il n'existe que dans l'estuaire de la Gironde.

mascaret_b_filtered.jpg

Cela fait le bonheur des fondus de la glisse qui peuvent se la couler douce sur 20 km en sombrant corps et coeur dans la bonne humeur. L'instant devient franchement divin quand on la voit passer dans un joyeux chant d'écume, en compagnie de son père que la vieillesse ne parvient pas à « pécho », et que justement on parlait « mer et vague ».

Commentaires

Etait ce une vague scélérate que tu as croisée, une de ces vagues terrifiantes qui balaient parfois les océans ?

Écrit par : ulysse | 25/08/2014

Les commentaires sont fermés.