Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/08/2017

Oh, combien de marins combien de capitaines.

Qui sont revenus des iles, de rhum les soutes pleines,
Et qui, ayant bu une bonne partie de la cargaison,
N’ont pas vu le phare de Biarritz pourtant en pleine érection.

Ils se sont srcatchés, vautrés, explosés.
medium_cote-basque.gif

sur la cote basque et ses rochers.Faut dire qu’une tempête sous ce ciel tourmenté, ça fait peur et démontre que la nature peut être magnifique et d’une lugubre cruauté.
En déplacement dans le sud-ouest, j'ai osé, en amateur de sensations fortes, admirer ce spectacle fascinant.

christtian benoist,biarritz,tempete,cote basque,lutinbleu

26/08/2017

Les estivales: On ferme!

Une toute dernière fois et comme chaque vendredi de l'été, les viticulteurs du coin ont fait gouter leurs productions sur l'esplanade de Montpellier. L'occasion pour les amateurs de tester de bons crus et de s'ennivrer "sud de France". (Avec modération ?). A l'année prochaine...

estivales, montpellier, christian benoist

 

25/08/2017

Au pays de la banane.

 S'il n'y avait pas cette course effrénée aux médias, ce serait presque un bout de paradis. Encore un samedi matin à courir pour obtenir un RDV avec « France Antilles » ou « RFO ». Les journalistes nous boudent et n'honorent pas leurs engagements. Ça complique la vie. Le repos dominical arrive à point. Allongé sous un cocotier, on oublie tout, même les protections solaires les plus élémentaires. Le résultat est quasi immédiat: maquillage vermillon dans le dos et sur les bras...

Pourtant, le réveil sonne à 4h30 en ce lundi 22 janvier et malgré les cuisants souvenirs du dimanche, il faut éviter les embouteillages monstres qui bloquent l'entrée de Fort de France.

Rien ne peut nous empêcher de rencontrer les petits de l'école Ravine Bouillé à 8h30 et 9h30. Un sandwich acheté dans une station service et à 14h30, avenue des Arawaks, on se fait une centaine de copains agés de 3 à 6 ans.

Le lendemain, même topo mais les maitresses sont malades ou mal informées car seuls une quarantaine de primaires viennent partager le spectacle.

Premier dérapage de cette tournée . L'après midi, on va au Lamentin, aux Roches Carrées. Madame Raymond, la directrice, m'accueille avec chaleur. Il est vrai qu'en milieu de journée...Le mercredi n'est pas forcément jour de repos pour les enfants, les enseignants et le personnel de « La Vollière »: cette école privée travaille mais en revanche sera fermée samedi. C'est un choix tout à fait possible.

Pour la 4ième fois de la semaine, il faut se lever avant les autres pour arriver à l'heure à Fort de France, c'est crevant! La cité Briand reçoit le spectacle. Deux représentations sont prévues mais une seule sera assurée: 150 spectateurs vraiment sous le charme...Avant de jouer à Bellefontaine alors que le soleil est au zénith, il faut « livrer » des bouquins accompagnant le spectacle à Fond Lahayes et au Lamentin.Au dernier jour de la semaine, c'est un peu plus pire. On va au nord ouest de l'ile, à Case Pilote et à Mouthe puis avant de revenir sur Saint Luce ou lutinbleu a élu domicile, on réapprovisionne « les Libellules », « Ravine Bouillé » et « la Volière » en bouquins et CD. Fin d'un épisode épuisant.

martinique, sainte luce, spectacle pour enfants

23/08/2017

Le 4h de Cilaos

Cilaos vient d'un mot malgache, Tsilaosa, qui signifie "l'endroit que l'on ne quitte pas". Ce cirque a été le jeu de l'érosion qui y a creusé de profonds encaissements. Les Noirs marrons en fuite occupèrent le cirque de Cilaos les premiers. Ils en furent délogés vers 1750 par François Mussard et sa bande. Lorsque l'on entreprit la colonisation du cirque, les petits Blancs des Hauts vinrent y établir des plantations. Quelques vignes, la culture des lentilles, le tourisme et aussi la broderie sont les seuls moyens de subsistance du village.

 
medium_IMG_1921.jpg

Cernée par les plus hauts sommets de la Réunion, comme le Grand Bénare (2896 m), le piton des Neiges (3069 m), la ville de Cilaos n'a cependant rien d'oppressant.

medium_couleurs-cilaos-1.gif

A l’heure du goûter, les couleurs sont si changeante que sous les sunlights des projos du soleil, c’est la nature qui devient star dans ce film en colorama sur un écran géantissime.

réunion,cilaos,christian benoist,lutinbleu

réunion,cilaos,christian benoist,lutinbleu

A bientot.

16:34 Écrit par lutinbleu dans la Réunion. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : réunion, cilaos, christian benoist, lutinbleu | | |  Facebook

22/08/2017

Tel père, tel fils.

 

Il se ressemblent comme des frères mais ils ne le sont pas. L'un et l'autre vont à l'école mais le petit pour apprendre et le grand pour attendre le petit qui sort à l'heure du gouter. Didier le papa , précise avec fierté que si le fiston s'appelle Eddy c'est parce que c'est « un prénom américain ». On ne peut s'empêcher de penser à la télé et à ses conséquences. La scène se passe à Cilaos, un petit bourg du centre de la Réunion, rue du Père Boiteau. Quand il sera un homme, comment Eddy nommera son enfant? Faut sans doute consulter les programmes de dans 20 ans...

DSC00542.JPG

tel pere tel fils,cilaos,lutinbleu

A bientot.

20/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.2

« Tchico » est un petit garçon qui veut devenir grand. Des milliers d’enfants martiniquais se sont identifiés à cette marionnette pendant les 5 semaines que dura la tournée. Une histoire qui les a touché d’autant plus que le héros est un indien et donc, cette quête initiatique aurait pu être la leur.

tchico, martinique, les 3 chardons, christian benoist


« France-Antilles » contribua au succès de ce spectacle en annonçant la plupart des 50 représentations programmées.

16:58 Écrit par lutinbleu dans presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martinique, tchico, les 3 charrdons, christian benoist | | |  Facebook

18/08/2017

Moi, montpeliérrain, barcelonais, catalan, je saigne.

MAIS JE VIS.

On n'en voit plus des comme ça, des endroits libres, brut de brut, champions de la déconne et de la bondieuserie nostalgique franquisante, porte ouverte à tous et port d'attache des pionniers de la mer.

9ef72b013b13c8677b042eaf473e8e9e.jpg

Barcelone est un navire gigantesque qui tangue et qui navigue aux vents très favorables. Nom d'une fée ibérique! Que ça fait plaiz de revenir sur un territoire si ami. Vaut mieux attaquer la ville par la face nord, par la « ronda del littoral », on arrive direct aux « Ramblas ». Après, c'est « nez au vent, yeux grands ouverts, oreilles à pavillons variables ».

af8d30b49b8aec151ffda2a4a0c23685.jpg

En descendant vers la mer, à tribord, c'est l'ancien « Barrio Chino », aujourd'hui sans beaucoup d'intérêt puisque les énormes rats et les prostituées (sans rapports) ont été chassés par des promoteurs sans préjugés.

b4637535d362b65944d65cb4081cc335.jpg

A babord, c'est gothique. Mais le dimanche, c'est encore plus rigolo. Difficile de faire plus baroque que la cathédrale, lieu de brouhahrecueillement? Ben, si. Sur le parvis, c'est totale éclate avec le « Sardanne contest ». On se la pète en dansant sur un vrai orchestre 1000 pour 100 catalan. Quelle classe, quelle fête! D'autres fabriquent du bonheur autrement avec un simple « hang drum ». Ça marche à fond.

13751e49393e923b458735f2daea54ad.jpg
bb83bee7ea81e17dcf20063205969c7c.jpg
86cb7ffa7d31bda4fd574236e33321e4.jpg
466e9bdb56af2012c316bbb0ed73bf9d.jpg

Barça-Collomb, aujourd'hui, tu pleure. Tu regarde vers l'Amérique, les yeux mouillés mais l'espoir chevillé au corps.

barcelone,catalogne,ramblas

 

 

16/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Entre fous-rires pour les coquilles et admiration pour les correspondants locaux du seul quotidien martiniquais, le Lutin reconnaissant a été touché par leur dévouement et l’accueil chaleureux du jeune public.

martinique, tchico, les 3 chardons,christian benoist


Les journalistes, pas tous tendres envers le groupe « Hersant » propriétaire du journal « France-Antilles », ont su relayé l’info jusqu’au bout malgré leurs conditions de travail difficiles.
Comme à chaque fois, les longues heures d’attente dans les couloirs de R.F.O pour une couverture radio-télé ont été récompensées in-extremis.

Un clin d'oeil à mes potes René D, Eric C, Francis et Christine. Bisous.

14/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Une deuxième expérience dans l’ile de La Réunion a permis d’approfondir mes connaissances. Les nombreuses visites dans les rédactions des médias se sont révélées fructueuses et on s’est senti réunionnais, enfin… « zoreille »…ce qui est quand même plus valorisant que « petitblanc », un brin péjoratif, habitant les « Hauts » et dont on dit que la consanguinité fait des ravages. Même pas vrai. Partout, le public a fait un triomphe au spectacle. Et encore une fois, les journalistes ont vraiment assuré.

La Réunion, les 3 chardons, christian benoist

10/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Quand on arrive sur l’ile de la Réunion, on est surpris …par les embouteillages monstres. La route numéro 1, axe incontournable, est constamment saturée. Les distances même courtes peuvent devenir un long chemin de croix (il faut compter 2 h pour se rendre de Saint Denis à Saint Leu -40km). Autrement dit, il faut prendre ses précautions. Meme s'il est vrai que depuis la mise en service de " la route des Tamarins", la situation s'est fluidifiée
Lors d’une première visite dans cet endroit paradisiaque, une grève des coupeurs de canne a totalement paralysé cet axe principal. La seule solution : la route des « hauts » à flanc de volcan. Frayeur garantie. La récompense est à la hauteur de l’exploit : Des « marmailles », les yeux écarquillés, se laissent emporter par l’histoire de « Monsieur le Vent », vécue chaque jour avec les alizées.

medium_monsieur-le-vent-reunion.gif


Et pendant les arrêts forcés derrière les « cachalots »-les camions transporteurs de cannes, on pense, en admirant la nature, que la planète bleue (et verte) c’est un paradis qu’il ne faut surtout pas perdre…

16:03 Écrit par lutinbleu dans presse | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

07/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Quelle est belle cette « ile de la Réunion » ! Les couleurs douces des arcs-en-ciel se reflètent dans l’océan omniprésent. Arc-en-ciel dans les ethnies et dans les religions, dans la végétation luxuriante d’un volcan en permanente activité. A chaque détour d’un chemin noir de lave refroidie, une bouffée de petit bonheur tout simple t’enveloppe comme une étoffe de soie sur les épaules. Un endroit surprenant. Tout y est paisible et tout y est remarquable. « Calme et volupté ». La tolérance n’exclut nullement les mouvements d’humeur, le réunionnais est malgré tout un homme, et qui plus est, insulaire. Mais il aime son ile et la respecte.
C’est peut-être l’extermination du « dodo », espèce de gros dindon, par ses ancêtres qui l’a fait réfléchir bien avant que le regretté Jean-Marie Pelt ou Nicolas Hulot ne hurlent à la mort de la vie.

Un enfant de l’école maternelle « la plus belle du monde » selon lui m’a dit à l’oreille : « tu sais, la différence entre l’eau du robinet et l’eau de l’océan c’est que l’eau qu’on boit est blanche et l’eau, vue d’ici, est bleue (son école est sur « les Hauts »).
Hé oui, petit bonhomme, ça dépend comment on considère les choses. Alors n’oublie pas. Quand tu seras grand, regarde autour de toi et fait gaffe à ce qui te parait tout noir ou tout blanc. Une couleur subtile peut se cacher.

medium_img102.gif


Lors de mon dernier séjour dans ce petit bout de monde, un article dans un quotidien mit in extremis un point final aux aventures du lutinbleu dans les iles.

Pendant les 6 semaines de mon « trip » dans l’océan indien, je m’étais promis de faire du surf et de fêter mon 50ième aniv sur une planche. Bilan… 5 semaines et demie sous l’animal fougueux et 2 heures de la même joie victorieuse que celle de l’enfant qui fait ses premiers pas. Cyril, mon prof, un sourire jusqu’aux oreilles me baptisa alors « Chris le surfeur ».

15:38 Écrit par lutinbleu dans presse | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

06/08/2017

Si Sète aussi...

Les bateaux de croisières accostent à Sète.

DSC01962.JPG

C'est la preuve que les beaux jours du commerce local reviennent et que les vacanciers"à l'aise"trouvent ici leurs petits bonheurs. C'est une bonne nouvelle pour le tourisme et pour ces croisièristes qui flanent à travers cette ville à canaux jusqu'au cimetière marin, entre autre, sur les traces de Paul Valéry et de l'ami Georges Brassens. Ensuite, ils dégusteront des fruits de mer et achèteront un p'tit souvenir pour l'oncle Louis, si féru d'la joute. Apès une booonne glace, il remonteront à bord pour larguer les amarres et naviguer dans le grand bleu jusqu'à la prochaine escale. Un vrai bateau magique, fin comme un oiseau hisse et haut, immatriculé à Nassau.

05/08/2017

Suer n'est pas jouter

On se régale à regarder ces gaillards tomber de leur destrier à rame. Lorsque l’été revient, les touristes se marrent devant ces drôles de sportif-jouteurs qui sortent leur lance et leur pavois pour s’affronter sur les canaux de notre région.

christian benoist,lutinbleu,joutes,languedoc roussillon,OCCITANIE


Pourtant, c’est une vraie compétition avec de vrais enjeux entre de vrais athlètes. Les entrainements sont rudes, et l’affrontement, disons « virile ».
Tout comme pour la tauromachie, la musique rythme le jeu et encourage les beaux gestes.
Les connaisseurs se retrouvent, pour vibrer aux exploits de leurs hérauts.
Les querelles de clochers s’apaisent le temps d’une saison, et même si le vainqueur récolte justement les lauriers de la gloire, le vaincu sera récompensé par un plongeon rafraichissant dans une eau moins glacée que celle qu’il verseront dans l’apéro anisé qu’il basculeront ensemble une bonne partie de la soirée.
Prenez date et retrouvez ces chevaliers languedociens et leurs grandes baguettes magiques. Ca vaut le jus.

04/08/2017

When Rico met Rico.

L'un est maire de Pérols, l'autre est issu de mon imagination.

Juste pour rire...

perols,rico,le bateau de rico,christian benoist,perols

Les 2 sont encore là.