Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/08/2017

Au pays de la banane.

 S'il n'y avait pas cette course effrénée aux médias, ce serait presque un bout de paradis. Encore un samedi matin à courir pour obtenir un RDV avec « France Antilles » ou « RFO ». Les journalistes nous boudent et n'honorent pas leurs engagements. Ça complique la vie. Le repos dominical arrive à point. Allongé sous un cocotier, on oublie tout, même les protections solaires les plus élémentaires. Le résultat est quasi immédiat: maquillage vermillon dans le dos et sur les bras...

Pourtant, le réveil sonne à 4h30 en ce lundi 22 janvier et malgré les cuisants souvenirs du dimanche, il faut éviter les embouteillages monstres qui bloquent l'entrée de Fort de France.

Rien ne peut nous empêcher de rencontrer les petits de l'école Ravine Bouillé à 8h30 et 9h30. Un sandwich acheté dans une station service et à 14h30, avenue des Arawaks, on se fait une centaine de copains agés de 3 à 6 ans.

Le lendemain, même topo mais les maitresses sont malades ou mal informées car seuls une quarantaine de primaires viennent partager le spectacle.

Premier dérapage de cette tournée . L'après midi, on va au Lamentin, aux Roches Carrées. Madame Raymond, la directrice, m'accueille avec chaleur. Il est vrai qu'en milieu de journée...Le mercredi n'est pas forcément jour de repos pour les enfants, les enseignants et le personnel de « La Vollière »: cette école privée travaille mais en revanche sera fermée samedi. C'est un choix tout à fait possible.

Pour la 4ième fois de la semaine, il faut se lever avant les autres pour arriver à l'heure à Fort de France, c'est crevant! La cité Briand reçoit le spectacle. Deux représentations sont prévues mais une seule sera assurée: 150 spectateurs vraiment sous le charme...Avant de jouer à Bellefontaine alors que le soleil est au zénith, il faut « livrer » des bouquins accompagnant le spectacle à Fond Lahayes et au Lamentin.Au dernier jour de la semaine, c'est un peu plus pire. On va au nord ouest de l'ile, à Case Pilote et à Mouthe puis avant de revenir sur Saint Luce ou lutinbleu a élu domicile, on réapprovisionne « les Libellules », « Ravine Bouillé » et « la Volière » en bouquins et CD. Fin d'un épisode épuisant.

martinique, sainte luce, spectacle pour enfants

16/08/2017

LES D.O.M- T.O.M, si loin, si près.

Entre fous-rires pour les coquilles et admiration pour les correspondants locaux du seul quotidien martiniquais, le Lutin reconnaissant a été touché par leur dévouement et l’accueil chaleureux du jeune public.

martinique, tchico, les 3 chardons,christian benoist


Les journalistes, pas tous tendres envers le groupe « Hersant » propriétaire du journal « France-Antilles », ont su relayé l’info jusqu’au bout malgré leurs conditions de travail difficiles.
Comme à chaque fois, les longues heures d’attente dans les couloirs de R.F.O pour une couverture radio-télé ont été récompensées in-extremis.

Un clin d'oeil à mes potes René D, Eric C, Francis et Christine. Bisous.

12/07/2017

Le rhum de Martinique

Même si les terres destinées à la canne à sucre s’étiolent, laissant place à une agriculture plus juteuse ou à des promoteurs aux sourires enjôleurs, le rhum est un incontournable moyen de vivre LA Martinique.

On le consomme agricole, vieux, en ti-punch ou arrangé, en planteur, avec ou sans glace, toujours au sucre local et mélangé avec « la » cuillère adéquat.

martinique,lutinbleu,christian benoist,rhum

Mais l’abus de cet alcool qu’on boit volontiers dans les stations services vers 6h du mat, fait des ravages dans la population qui vieilli prématurément.

martinique,lutinbleu,christian benoist,rhum

Par contre ces yeux-là ne sont pas dus à l’abus d'alcool, mais à un métissage heureux qui ont éblouis ceux du lutinchercheur-d’or.

02/07/2017

Le Dimanche, y a office.

Peut importe si c’est dans un temple adventiste, une chapelle isolée dans la montagne ou un autre lieu de culte. C’est LE jour de recueillement et de gospel. Tous les antillais se rassemblent pour prier en dansant ou pour danser ensemble tout simplement. On part en repérage mais hésite entre les différents styles d’église.

medium_sacrecoeur.2.gif

La plus moche est à Balatta, pourtant prisée des touristes. Elle est la réplique en plus petit de la basilique du « Sacré cœur ». Ca en jette peut-être mais cette très récente bâtisse(1990) ne semble pas posséder la magie nécessaire à l’exercice de la prière. Exit Ballata.

La plus émouvante est la cathédrale de Saint-Pierre. L’éruption volcanique de 1902 a fait des milliers de victimes. Certains fantômes rodent encore. Des frissons dans l’échine, le lutin impressionné se dirige vers Bellefontaine .

medium_belle.gif

Là, il découvre un clocher noir, tout seul, séparé de la nef. Le tout est bâti avec les pierres du volcan et donne cet aspect curieux. Ici, les martiniquais sont entre eux et peuvent s’adonner à leur messe à eux avec leurs codes. Bon, alors on va les laisser…

medium_office.gif

La plus proche de mon gite, c’est dans une Sainte-Luce de fete qu’il la trouvera. Après avoir écouté le curé parler de la précarité des employés du club-mèd en grève, le lutin-carnavaleur préfère défiler dans le bourg avec ceux qui sont devenus mes copains.

martinique,office,christian benoist

La Mapipi.

Une course de yoles se déroulait, il y a quelques lurettes, dans la baie du Marin (Martinique). 5 bateaux de course(les Mapipis) se sont affrontées pendant toute une après-midi dans des rafales violentes des alizées et des courants contrariants de la mer caraïbe.

Le départ de la compétition se donnant sur le petit port de Sainte-Luce, le lutin-marin a pu assister au spectacle coloré de la mise à l’eau. Tout le monde est concentré autour de l’évènement et les encouragements montent de toute part.Aujourd’hui, le tenant du titre, le célèbre « UFR/Géant » devra se méfier de « Brasserie Lorraine »-la lorraine est la bière locale, qui s’est entrainé toute l’année pour relever le défi.

medium_yole.gif

Après un départ un chouilla désordonné, c’est finalement le champion en titre qui s’est imposé, reléguant les adversaires à plusieurs centaines de vagues. Un concurrent sans doute radin a même préféré se saborder plutôt que de payer les ti-punch aux vainqueurs…à moins que le vent violent ne l’ai démonté.

martinique,lutinbleu,christian benoist,yole

18/06/2017

Nord Atlantique.

Autant le sud de la Martinique est over- touristé, autant « les nords » de l’ile sont authentiques, peuplés de vrais martiniquais. Les endroits sont sauvages et les cotes inhospitalières

A l’est se situe Basse-Pointe, lieu de naissance d’Aimé Cézaire, le sage si convoité par les candidats à toutes les élections. Celui qui ne l'évoque pas peut légitimement aller cultiver son jardin ailleurs et abandonner ses ambitions. Ici les falaises, la végetation tropicale, le vent, la forte houle de l’océan donne un aspect rude et primaire. Lutinbleu en prend plein ses mirettes.

nord atlantique,martinique,lutinbleu,christian benoist

18/05/2017

Lutinbleu au taf. (Un brin de nostalgie)

La première rencontre avec mes copains martiniquais s’est déroulée avec une petite appréhension. Normal pour des retrouvailles après 5 ans de séparation. Mais la chaleur du public, malgré celle des Antilles (29° quand même) a totalement libéré un lutin réjoui des rires et des applaudissements des 220 bambins rassemblés sous un préau du quartier Dillon à Fort de France.

lutinbleu,3 chardons,martinique,christian benoist,petit betatete,dillon

07/03/2017

When the Music’s over.

Les clameurs du carnaval s’étant un temps tues, il est temps de songer à ces mille petits présents que l'on peut offrir à ses amis au retour d'un périple martiniquais.

martinique,lutinbleu,christian benoist,rhum,carnaval

Dans une « boutique aux merveilles » du coté de Basse-Pointe, on a repéré des nappes en madras et en toile cirée qui pourront recevoir sans émouvoir personne, les verres de rosé renversés et autre taboulé éparpillé. L’été peut commencer, on est paré.

medium_IMG_1231.jpg

Des petits et des grands sacs cousus main sur une coque de calebasse feront la joie des coquettes. La créatrice et vendeuse m’assure que ce n’est pas cher et que « ça dure toute une vie ». Sur ces 2 arguments, on peut émettre des doutes.
Un vieil homme antillais qui peint au couteau des œuvres colorées attire l’attention des petits gros yeux de notre mascotte. Cela fera plaisir aux amoureux des belles choses.

medium_IMG_1230.2.jpg

Et puis du rhum. Quelle originalité ! Du planteur, du blanc bien agricole pour les amateurs de ti-punch, et du vieux pour les durs à cuire. Avec des pralines-pays.Oula, ça sent le retour. Allez un dernier tour sur ma plage préférée. Une dernière fois.

28/02/2017

Vaval lé là !

On l’attendait depuis plusieurs mois. Dès les fêtes de Noel digérées, on s’est préparé. Tous les martiniquais valides sont aux taquets. Les Doudous ont cousu, repassé, collé, imaginé les costumes les plus éblouissants.

medium_trompette.gif

Les enfants ont répété les défilés et les danses aux rythmes tropicaux. Les hommes ont astiqué leurs cuivres et leurs tambours pendant la nuit.

medium_tambour-preparation.gif

Les vendeuses de sucreries, elles aussi, se préparent à la fête.

medium_vendeuse.gif

Ce sont les jours gras, juste avant le carême, ceux pour lesquels les antillais sont prêts à tout. Ca continuera sans interruption jusqu’à dimanche. Du bruit, de la musique, des percus envoutantes. « C’EST CARNAAAVAAAAAALLL !!!!! »

carnaval,martinique,christian benoist,lutinbleu

 

18/11/2016

Le chien fer.

Face à l’ilet « Chardon », se trouve un autre ilet appartenant à une famille béké richissime par le rhum appelé « l’ilet Chancel ».

medium_cayac.gif

On y parvient en bateau ou comme le lutin-sportif du dimanche, en kayac de mer.Là, une maison de pécheur à l’abandon sert de repaire à une sorte de monstre inoffensif sortant du fond des âges : « l’iguane caraïbe ».

3371511979.2.jpg

Sur le chemin du retour, petitbetatete rencontre un autre animal moins amical mais tout aussi unique dans la région : « le chien fer ». Il ne se trouve qu’aux Caraïbes et tient son nom du fait de sa couleur et de son absence total de poil excepté une crête sur le haut de sa tête et lui donne une allure de punk.

martinique,christian benoist

Oui, ben on va pas trainer parce que s’il brise sa chaine…

Le Dimanche, y a office.

 

Peut importe si c’est dans un temple adventiste, une chapelle isolée dans la montagne ou un autre lieu de culte. C’est LE jours de recueillement et de gospel.

medium_office.gif

Tous les antillais se rassemblent pour prier en dansant ou pour danser ensemble tout simplement. Petitbetatete part en repérage mais hésite entre les différents styles d’église.La plus moche est à Balatta, pourtant prisée des touristes.

medium_sacrecoeur.2.gif

Elle est la réplique en plus petit de la basilique du « Sacré cœur ». Ca en jette peut-être mais cette très récente bâtisse(1990) ne semble pas posséder la magie nécessaire à l’exercice de la prière. Exit Ballata.La plus émouvante est la cathédrale de Saint-Pierre.

medium_cath-st-pierre.2.gif

L’éruption volcanique de 1902 a fait des milliers de victimes. Certains fantômes rodent encore. Des frissons dans l’échine, le lutin impressionné se dirige vers Bellefontaine .Là, il découvre un clocher noir, tout seul, séparé de la nef. Le tout est bâti avec les pierres du volcan et donne cet aspect curieux.

medium_belle.gif

Ici, les martiniquais sont entre eux et peuvent s’adonner à leur messe à eux avec leurs codes. Bon, alors on va les laisser…Sainte-Luce de fete qu’il la trouvera. Après avoir écouté le curé parler de la précarité des employés du club-mèd en grève depuis toujours et pour toujours (il n’y aura bientôt plus de touristes du tout, gros malins !), le lutin-carnavaleur préfère défiler dans le bourg avec ceux qui sont devenus mes copains.

17/11/2016

Pour ou contre l’uniforme.

En Martinique, dans chaque école, les élèves sont tous habillés pareil. Surprenant de voir les enfants du « Robert » tous en jaune-poussin, alors que ceux du « François » préfèrent le rouge.

uniforme,lutinbleu,christian benoist

La réponse est simple : par soucis d’égalité, les communes fournissent en début d’année des tenues aux mômes scolarisés sur leur territoire. Tous identiques, ils oublient que le petit Kevin est fils de pharmacien alors que Brian est celui d’un coupeur de cannes. Certes, mais les gouters des cartables contiennent une délicieuse « pomme-cannelle » à 1 euro pour l’un, ou bien un bout de pain mou pour l’autre. On respecte l’éducation antillaise mais on aime les différences et on se souvient que « l’ennui naquit un jour de l’uniformité ».

20/09/2016

Quand est-ce qu’on mange ?

C’est bien beau de danser jour et nuit, mais il faut reprendre des forces, noyer ce rhum qui nous brule maintenant. On va délaisser un moment le défilé carnavalesque pour se restaurer.

Petitbetatete fouine sur le port et retrouve ses copains pêcheurs qui lui trancheront une darne d’une fraicheur irréprochable puisqu’il y a 1 heure, ce poisson s’ébattait nonchalamment dans la mer Caraïbe.

medium_poissonnier.gif

carnaval,martinique,christian benoist,lutinbleu,sainte luce

Pour les fruits et légumes, la Martinique regorge de douceurs incomparables. Par exemple, la banane, souvent sans gout en métropole, devient ici un dessert sucré qui fond sous la langue et laisse à nos papilles un gout de paradis.

medium_marche.gif

En plus, comme tous les autres produits tropicaux, elle se cueille dans son jardin, c’est pratique.

04/03/2016

Quand la montagne Pelée retire son chapeau.(Mais ça, c'était avant).

Rarement, les nuages accrochés au sommet du volcan, glissent pour apercevoir ce dôme qui effraye les populations environnantes. On sait ce qu’il s’est passé au début du 20ième siècle… Et on sait ce qui se passera forcément un jour ou l’autre.

medium_montagne-Pelee.gif

L’arc Caraïbe est bien plus que vivant : tremblements de terre et irruptions volcaniques se succèdent fréquemment en faisant des dégâts importants dans les infrastructures et dans la population. Les autorités sensibilisent les autochtones par quelques exercices de prévention. Mais, on est aux Antilles et tout le monde s’en fout. Petitbétatete apprécie le lieu mais, là encore, il ne va pas trainer…on ne sait jamais.

christian benoist,montagne pelée,martinique,lutinbleu

A bientot.

 

03/03/2016

Retour sur l’ilet Chancel.(Martinique)

Face au « Robert », immergent quelques tout petits bouts de terre. On se croirait transporté dans un épisode du « Seigneur des anneaux ». On s’attend à ce que surgisse une créature d’un autre monde.

medium_decor-cine.gif

On n’est pas déçu : un animal préhistorique qui, en Martinique, n’existe plus qu’ici, attend qu’un rayon de soleil lui donne l’énergie suffisante pour s’alimenter ou se reproduire avec son unique partenaire. « L’iguane Caraïbe » marche donc à l’énergie solaire.

medium_iguane.gif

Ces photos n’avaient pu être diffusées sur place pour cause de débit internet trop lent. En langage antillais, il faut traduire dans quelques années. Les internautes martiniquais devront patienter. Pani problem.

A bientot.

iguane,ilet chancel,martinique,christian benoist,midiblogs

Le chien fer.

medium_cayac.gif

Face à l’ilet « Chardon », se trouve un autre ilet appartenant à une famille béké richissime par le rhum appelé « l’ilet Chancel ». On y parvient en bateau ou comme le lutin-sportif du dimanche, en kayac de mer.Là, une maison de pécheur à l’abandon sert de repaire à une sorte de monstre inoffensif sortant du fond des âges : « l’iguane caraïbe ». 

medium_chien-fer.gif

Sur le chemin du retour, petitbetatete rencontre un autre animal moins amical mais tout aussi unique dans la région : « le chien fer ». Il ne se trouve qu’aux Caraïbes et tient son nom du fait de sa couleur et de son absence total de poil excepté une crête sur le haut de sa tête et lui donne une allure de punk. Oui, ben on va pas trainer parce que s’il brise sa chaine…

christian benoist,chien fer,ilet chardon,ilet chancel,martinique

A bientot.

christian benoist,chien fer,ilet chardon,ilet chancel,martinique

 

02/03/2016

Arrêtez ! Arrêtez la musiiqueeeeeu… (J'en reprendrai bien une p'tite louche)

Comme le chantait la môme moineau, quand c’est trop, c’est trop. Depuis 3 jours, ça chahute, ça danse, ça boit dans tous les bourgs martiniquais. Mais quand est-ce qu’ils dorment ? Quand on sera mort me rétorque une instit locale. Certes, mais alors pas tout seul, avec une reine de carnaval si possible, au physique sculptural, aux senteurs exotiques, au regard de braise répond notre lutinfataliste.

medium_reine2.2.gif

Tu n’y es pas, novice en carnaval, ici, 3 reines ont été élues. La première, la « mini-miss » est choisie parmi les enfants. Une autre, « la reine-mère » est une femme plutôt mure, et la plus convoitée est « LA reine », pour ses mensurations évidemment.
Ainsi, il y en a pour tous les âges.

medium_IMG_1253.2.jpg

Devenir « reine » c’est un honneur pour les heureuses élues. Ce titre récompense surtout l’originalité, le charisme, la façon de danser, le costume et bien entendu le sourire. Donc rien à voir avec le spectacle médiocre des (très belles il est vrai) viandasses tristes présenté par cette femme vulgaire en chapeau, que l’on nous inflige chaque année le même jour que le téléthon.

medium_reine_celine_Patole.jpg

Cette année, c’est ma copine Céline Patole qui a été désigné à Fort de France. Magnifique.

medium_cheval.gif

Lutinbleu, tu déjante, tu hallucine, t’es pété ou quoi ? Tu vois un cavalier sorti de nulle part qui défile lui-aussi. Il est temps que s’arrête cette aventure. Tu retourne en métropole très bientôt, et tu n’as pas encore pensé aux « souvenirs » pour tes amis. Allez ouste, au lit.

01/03/2016

Duel à mort en Martinique.

Il existe des sports cruels dans cette ile enchanteresse. Passons sur les combats de coqs dans les « Pitt » des villages, qui ne sont plus ce que c’était. Autrefois, le vainqueur était celui qui était vivant, alors qu’à présent, à la moindre petite égratignure, ces poules mouillées sont soignées et vont se refaire les plumes dans un poulailler 3 étoiles entourées de « cocottes »Des sports plus gourmands intéressent aujourd’hui notre lutin-gastronome : La lutte jusqu’à la dégustation entre Petitbetatete et un animal à l’allure préhistorique orné de terribles antennes et qui ne donne de frisson que celui de la salivation.

medium_langouste-vivante.gif

C’est une rencontre sans merci ou le vainqueur mangera l’autre. Quelle affiche ! Amateur de sports extrêmes, tu n’y avais pas pensé. A ma gauche, Petitbetatete, la marionnette adulée des préaux d’école, à ma droite le crustacé le plus succulent des océans.

medium_cuisinier.gif

L’arbitre, un cuisinier malin qui sait comment s’y prendre avec ces demoiselles, lui suggère de prendre un bain bien chaud avant de (se faire) consommer. La coquette qui sent vraiment le poisson, accepte. Chaude, elle ne sera que plus désirable.

medium_langouste-cuite.gif

Après 15 minutes de relaxation, elle préféra revenir totalement offerte en 2 vers notre lieu de réjouissance. Quand je pense que c’est sans doute une maman-langouste, je me lèche les babines d’avance à l’idée que ses petits vont grandir, grossir, rosir aussi, comme maman…A bientôt, les petits enfants.

03/10/2013

Boomerang.

« CHUPPEAUUUUU, attendez-moi devant mon bureau… » Les marbres du sol et les barreaux des fenêtres du couloir de cette institution privée chaunoise vibrent encore de ce cri, lorsque la cloche retentit. Les élèves de terminale replongent dans leurs révisions, et le surveillant général que je suis regagne son repaire ou l’attend ce petit chenapan de troisième. « Alors, monsieur Chuppeau, on se fait encore remarquer ? Vous resterez samedi après midi nous faire partager votre enthousiasme : 4heures-de-colle ! Oui m’ssieur. ». Depuis, ma mémoire a effacé les quelques punitions infligées à tous ces petits rebelles et le lutin-surgé n’en a revu que très peu.

medium_chuppeau.gif

Alors, explique moi, ami blogeur pourquoi, après tant d’année, de l’autre coté de l’Atlantique, je suis chez Eric Chuppeau(à gauche sur la photo).Il me remémore chaque détail de ses bêtises de potache et des heures de retenues que, heu j’ai du, et bien oui…Va-t-il se venger ? Tout à coup, je transpire, Un rugbyman d’1m85-90kg peut-il comprendre que je ne faisais QUE mon boulot ? Il me transperce du regard et m’avoue que s’il est maintenant le patron d’une grosse entreprise de gardiennage, ici, en Martinique, c’est aussi grâce à cette boite, ses profs si sympas, et cet emmerdeur si cool qui le plaquait sans cesse ( justement par ailleurs). Juste un détail pourtant : «l’affaire du vélo de sa sœur ». Par mégarde, je l’avais emprunté, croyant que c’était celui d’une collègue alors qu’un môme avait fait le mur et qu’il fallait le rattraper. Lorsqu’Eric voulu récupérer le vélo de la sœurette, il avait disparu et le malheureux fut la cible d’une engueulade familiale monstre. De ma faute. Le lendemain, on s’est expliqué. Il a compris et 35 ans et 8000 km plus tard, on est potes. Merci pour ton accueil et celui de ta petite famille. A bientôt, Chtiopère..

Depuis, Eric Chuppeau et son compère René sont revenus en métropole. On se revoit de temps en temps. A bientot.

02/09/2013

au coeur de la Martinique

Dans la grande famille Grandin, lutinbleu vous présente Marie-Antoinette et Giselle. On les applaudit bien fort. Elles tiennent une épicerie coincée dans un virage au centre de « Bwa soldat » sur la commune du « François ». De 6h à …ça dépend, on y trouve tout et n’importe quoi, mais c’est aussi le centre d’une « antillitude »-forçément-j’allais-la-faire d’origine contrôlée : ça bouge, ça boit du rhum, ça danse, ça braille, ça vit dans tout les sens.

medium_grandin.gif

Leur accueil risque de rester gravé dans un coin de la mémoire d’un lutinbleu plus que jamais aux taquets, tant il ressemblait à de l’amitié. Hélas, les coqs, les chiens, les ados qui dansent sous l’abris bus juste en face, ont eu raison de son sommeil, et dès demain, c’est à Sainte-Luce que se poursuivra l’aventure.