Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/12/2016

Rendez-vous avec l'histoire.

Les déménagements, c'est comme la fonte des glaciers: Des souvenirs tellement bien rangés qu'on les a presque oubliés, resurgissent bien vivaces, au détour d'un carton, . Ainsi, ceux de l'année 85. Des rencontres inoubliables .

img036.jpg

Entre autre avec « Rostro , une Merveille du Monde ». En ce temps-là, Lutinbleu s'éclate aux « croisières Paquet », la plus « première classe » des compagnies maritimes, loin devant les anglaises qui dommage pour eux, ne peuvent rivaliser pour cause de gastronomie.... Il bosse comme D.J sur le « Mermoz ».

img034.jpg
img036.jpg

Parfois, on lui demande d'accueillir et de veiller sur des personnalités importantes. C'est le cas avec cette croisière musicale en Méditerranée avec Mistlav Rostropovitch, le maitre de musique. C'est un monument, un combattant pour la Liberté, une sorte d'ange. Mort de trouille, je l'attend à la coupée « équipage » du bateau sur un quai de La Valette, à Malte, derrière le Commandant et son état major. Il est toujours recherché par les services secrets de l'est après son départ d'union soviétique. Son ombre apparaît, et après un bref spitch de bienvenu du directeur de croisière, je le guide dans les coursives réservées au petit personnel. Il sourit aux bravos des marins, la lèvre inférieure frissonnante de plaisir. Il a un mot pour le serveur de restau au repos sur sa banette, un autre pour une lingère, un sourire pour le maitre d'arme. Sa cabine est la plus confortable du navire. Ca change du Goulag, dirait son pote Soljenytsine.

rostropovitch,mur de berlin,christian benoist,lutinbleu

 

Ce soir il va se produire et veut se préparer. Il veut de l'alcool. Pour assouvir le goût immodéré des slaves pour les sensations fortes ? Non, il préfère de l'alcool à bruler pour nettoyer les cordes de son instrument. Va trouver ça sur un bateau ou le champagne coule à flot et ou le whisky affiche minimum 15 ans d'age.... Bon sang, mais c'est fastoche:  « Les crêpes suzettes »... Il suffit « d'emprunter » à un maitre d'hôtel du resto le précieux liquide! On connait les planques, on ponctionne et on ramène le « précieux » comme un trophée. Un rire énorme, sonore en majeur-delirium nous récompense: « You're a very good boy , Chris ». Pendant quelques heures on allait vivre ensemble, lui et moi, une aventure surréaliste...En attendant la chute du mur de Berlin...