widget compteur de visites gratuit
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/10/2013

Boomerang.

« CHUPPEAUUUUU, attendez-moi devant mon bureau… » Les marbres du sol et les barreaux des fenêtres du couloir de cette institution privée chaunoise vibrent encore de ce cri, lorsque la cloche retentit. Les élèves de terminale replongent dans leurs révisions, et le surveillant général que je suis regagne son repaire ou l’attend ce petit chenapan de troisième. « Alors, monsieur Chuppeau, on se fait encore remarquer ? Vous resterez samedi après midi nous faire partager votre enthousiasme : 4heures-de-colle ! Oui m’ssieur. ». Depuis, ma mémoire a effacé les quelques punitions infligées à tous ces petits rebelles et le lutin-surgé n’en a revu que très peu.

medium_chuppeau.gif

Alors, explique moi, ami blogeur pourquoi, après tant d’année, de l’autre coté de l’Atlantique, je suis chez Eric Chuppeau(à gauche sur la photo).Il me remémore chaque détail de ses bêtises de potache et des heures de retenues que, heu j’ai du, et bien oui…Va-t-il se venger ? Tout à coup, je transpire, Un rugbyman d’1m85-90kg peut-il comprendre que je ne faisais QUE mon boulot ? Il me transperce du regard et m’avoue que s’il est maintenant le patron d’une grosse entreprise de gardiennage, ici, en Martinique, c’est aussi grâce à cette boite, ses profs si sympas, et cet emmerdeur si cool qui le plaquait sans cesse ( justement par ailleurs). Juste un détail pourtant : «l’affaire du vélo de sa sœur ». Par mégarde, je l’avais emprunté, croyant que c’était celui d’une collègue alors qu’un môme avait fait le mur et qu’il fallait le rattraper. Lorsqu’Eric voulu récupérer le vélo de la sœurette, il avait disparu et le malheureux fut la cible d’une engueulade familiale monstre. De ma faute. Le lendemain, on s’est expliqué. Il a compris et 35 ans et 8000 km plus tard, on est potes. Merci pour ton accueil et celui de ta petite famille. A bientôt, Chtiopère..

Depuis, Eric Chuppeau et son compère René sont revenus en métropole. On se revoit de temps en temps. A bientot.