Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/06/2017

Madrid, 27°. Collector.

On décide de s'installer dehors. Les spectacles donnés à « Pomme d'Api » ( joli nom pour une école maternelle) près du lycée français de Madrid nous ravissent: De vrais moineaux viennent voler autour de leurs cousins marionnettes créant des situations drolissimes dignes du meilleur théâtre de l'absurde.

03528e455f8c6086436e73ea12166540.jpg

Les petits élèves espagnols adorent l'uniforme. Souvent, les plus jeunes sont vêtus de jaune, les presque grands en rouge, et les presque très grands en bleu. « C'est pour mieux les reconnaitre » m'assure une maîtresse, réaliste.

4e5db96582eb285d184c8447d549bdab.jpg

On croyait Saint-Louis enfermé dans les remparts d'Aigues Mortes? Eh non, il a le don entre autre d'être aussi dans une banlieue BMW -Mercédes de cette capitale très catholique. A l'école « Saint Louis des français », il veille avec sa copine Sainte Thérèse d'Avilla, sa collègue régionale de l'étape, sur ce collège qui a relooké ses élèves façon stricte: Les petites en jupes plissées avec nœud dans les cheveux, les p'tits mecs en polo blanc.

5946f2d755ea5eb6d5fb593ef93cf547.jpg

C'est pour le folklore, en fait, ils s'amusent et apprennent bien. Bon, la messe obligatoire, c'est peut-être un peu « prise de tête », mais ça respire la bonne humeur, voire l'enthousiasme alors...

17/11/2016

Pour ou contre l’uniforme.

En Martinique, dans chaque école, les élèves sont tous habillés pareil. Surprenant de voir les enfants du « Robert » tous en jaune-poussin, alors que ceux du « François » préfèrent le rouge.

uniforme,lutinbleu,christian benoist

La réponse est simple : par soucis d’égalité, les communes fournissent en début d’année des tenues aux mômes scolarisés sur leur territoire. Tous identiques, ils oublient que le petit Kevin est fils de pharmacien alors que Brian est celui d’un coupeur de cannes. Certes, mais les gouters des cartables contiennent une délicieuse « pomme-cannelle » à 1 euro pour l’un, ou bien un bout de pain mou pour l’autre. On respecte l’éducation antillaise mais on aime les différences et on se souvient que « l’ennui naquit un jour de l’uniformité ».